Gaia Vincensini est née en 1992 elle vit et travaille entre Paris et Genève. Lauréate de la bourse Simon L.Patino, Gaia Vincensini vient de passer neuf mois à la Cité Internationale des Arts de Paris. Très active sur la scène Suisse et depuis peu à l’International, son travail a été présenté notamment à la galerie Gaudel de Stampa (Paris), à Forde (Genève), au Swiss institute (New York), à la Foire International d’Art Gaia Vincensini (Paris). Son travail est marqué par un fort engagement et une réflexion sur les relations entre pratiques artistiques et sociales, sur l’identité et l’émancipation des femmes, les symboles culturels, les conditions de vie socio-économiques et la collectivité. Elle présente actuellement une exposition au Mamco, à l’occasion du prix Manor Genève 2020, et sera bientôt présentée à Milan à la Galerie Martina Simeti. Elle travaille au sein du collectif Inner Light depuis 2018.

Inner light est un collectif fondé en 2018 travaillant à l’intersection entre l’art, l’impression et la mode. Il est composé de Kim Coussée (graphiste, 1994), Sherian Mohammed Forster (artiste, écrivain, 1993), Eliott Villars (architecte, photographe, 1995) et Gaia Vincensini (artiste, 1992). Ils ont exposé en 2021 à Genève au Centre d’Art contemporain et au commun et une de leurs vidéos est actuellement encore visible au mamco.

Noémie Degen (FR/1996) et Simon Jaton (CH/1994) forment un duo d’artistes basé entre Vienne, Paris et Lausanne. Fondateurs de l’espace d’art indépendant Alienze, ils étudient actuellement à l’Akademie der bildenden Künste Wien sous la tutelle d’Iman Issa.

Samson (FR/1983) est un artiste qui vit et travaille entre Lausanne et Paris. Diplômé de l’ECAL et du CERCO, il crée des céramiques, des verres et des bronzes. Depuis 2018, il dirige un atelier d’artisanat d’art aux portes de Paris, à Trilport, où il accueille, conseille et produit une communauté d’artistes franco-suisses.

Gaïa Vincensini est l’artiste invitée pour le second chapitre de Terzo Fronte: Hors la Ville. Ce chapitre parle de la possibilité d’étendre son champ dans l’art, d’y faire entrer de nouveaux imaginaires, de nouvelles personnes, de rendre plus collective l’expérience de production. Comment construit-on ensemble dans le déplacement entre les centres et les périphéries, dans ces zones grises et vertes où passent les trains de banlieue, ces zones de béton et de paille où se développe un paganisme contemporain autour des questions d’économie, de partage des savoirs et de narration du groupe ?

Les sculptures et les impressions de Gaïa Vincensini, toutes uniques, expriment les histoires joyeuses et collectives des conditions de leur création. Elle vient à Rome avec son groupe d’action Innerlight (composé de Sherian Mohammed Forster, Kim Coussée et Eliott Villars). Ils seront accompagnés du duo Noémie Degen et Simon Jaton et de l’artiste Samson. Ensemble, ils viennent produire leurs œuvres ici, dans des ateliers locaux.

Ce travail sera présenté dans le cadre d’une installation à leur image, pensée comme un marché de campagne. Ils vont ainsi transformer l’appartement et la terrasse de Terzo Fronte en un lieu où la production d’œuvres uniques se fond dans l’artisanat, où une gravure se transpose sur un vêtement, une sculpture prend la forme d’une céramique usuelle, dans des formes quotidiennes qui permettent de penser une circulation différente des œuvres, une idée alternative du marché.

Une partie des œuvres présentées seront exposées chez Martina Simeti à Milan, à partir du 8 septembre, pour le premier solo show de l’artiste dans cette galerie.

“ Les œuvres de Gaïa Vincensini évoquent ces objets mystérieux des rituels de magie noire qui se pratiquent là-haut, sur les coteaux de Sion où l’on produit le vin blanc qui fait perdre la vue, le Fendant qui pousse sur les cendres des sorcières qui y furent brûlées au Moyen Age dix fois plus qu’en France et cent fois plus qu’en Italie.
C’est le vaudou vaudois, cette humeur crasseuse des campagnes, truffée de paroles marmonnées et de mauvaises intentions, où la présence du Grand Courbe est formée dans la terre grasse et gelée que les mains de Gaïa iront porter au feu, afin qu’elle puisse déclarer, à travers ses formes irrégulières, la rugosité de ses origines.

C’est une histoire de femmes qui n’ont jamais eu le temps. Au Mamco, en juillet dernier, Gaïa Vincensini a offert aux regards des visiteurs un coffre fort en céramique, plein de codes et de clés inconnues. Il renferme les sculptures secrètes d’une grand-mère émancipée, dont le travail fut confiné toute sa vie dans un atelier domestique. Comme l’aboutissement d’un pacte entre les deux femmes, la présence de ces deux sculptures en marbre de carrare, font du nom de Maria Solari une artiste exposée de la prestigieuse institution genevoise.

Gaïa ouvre les coffres. Elle expose les vies qui sont mises au secret. Elle rend honneur aux mères, aux grand-mères, aux tantes et aux sœurs. Mais aussi à tous ceux qui sont contraints de cacher leurs existences, leurs désirs pour des raisons politiques. Elle leur rend justice. Elle révèle en ses dessins, en ses gravures, en ses sculptures et ses coutures des histoires oubliées, étouffées, des cultures que le monde a enfermées.

Pour mieux les révéler, elle ne passe pas par le passé, mais à ce qui est à sa portée, à la vie contemporaine en dehors des grandes cités, à la culture qui pousse entre tous les interstices de nos sociétés. ”

Extrait du second chapitre de Terzo Fronte, Hors la Ville Écrit par Georgia René-Worms et Colin Ledoux

  • Fuori citta -
    INNERLIGHT, 2021
    Linocut print on garment
  • Fuori citta -
    INNERLIGHT, 2021
    Linocut print on garment
  • Fuori citta -
    INNERLIGHT, 2021
    Linocut print on lace and silkpaper
    300x140cm
  • Fuori citta -
    INNERLIGHT, 2021
    Linocut print on lace and silkpaper
    300x140cm
  • Fuori citta -
    INNERLIGHT, 2021
    Details, Linocut print on lace and silkpaper
  • Fuori citta -
    INNERLIGHT, 2021
    Details, Linocut print on lace and silkpaper
  • Fuori citta -
    INNERLIGHT, 2021
    Details, Linocut print on lace and silkpaper
  • Fuori citta -
    INNER LIGHT, 2021
    Tshirt, Linocut print on garment
  • Fuori citta -
    INNER LIGHT, 2021
    Pant, Linocut print on garment
  • Fuori citta -
    Samson, 2021
    Gatti Ceramic
    26x17x12cm
  • Fuori citta -
    Noémie Degen/Simon Jaton with INNERLIGHT
    Print on transparent paper mounted on paper, 2021
    300x140cm
  • Fuori citta -
    Noémie Degen/Simon Jaton with INNERLIGHT
    Print on transparent paper mounted on paper, 2021
    300x140cm
  • Fuori citta -
    Noémie Degen/Simon Jaton with INNERLIGHT
    Print on transparent paper mounted on paper, 2021
    300x140cm
  • Fuori citta -
    Background piece by Noémie Degen/Simon Jaton with contributions by INNERLIGHT, 2021
    Print on transparent paper, 140x310cm
    Textile piece by INNERLIGHT
  • Fuori citta -
    Background piece by Noémie Degen/Simon
    Jaton with contributions by INNERLIGHT, 2021
    Print on transparent paper, 140x310cm
    Textile piece by INNERLIGHT
  • Fuori citta -
    INNER LIGHT, 2021
    Linocut print on garment
  • Fuori citta -
    Samson, Vaso, 2021
    Ceramic
  • Fuori citta -
    INNER LIGHT, 2021
    We are resilient cause we knew there must be unlocked doors in the golden swamp
    Film
  • Fuori citta -
    INNER LIGHT, 2021
    We are resilient cause we knew there must be unlocked doors in the golden swamp
    Film
  • Fuori citta -
    INNER LIGHT, 2021
    We are resilient cause we knew there must be unlocked doors in the golden swamp
    Film